15 mar 10

Le compostage est une opération qui consiste à faire fermenter, dans des conditions contrôlées, des déchets organiques en présence de l’oxygène de l’air.

Deux phénomènes se succèdent dans un processus de compostage. Le premier, amenant les résidus à l’état de compost frais, est une fermentation aérobie (Aérobie désigne la capacité d’un organisme ou micro-organisme de se développer dans l’air ambiant et plus…) intense : il s’agit essentiellement de la décomposition de la matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont…) organique (La chimie organique est une branche de la chimie concernant la description et l’étude d’une grande classe de molécules…) fraîche à haute température (La température d’un système est une fonction croissante du degré d’agitation thermique des particules, c’est-à-dire de…) (50-70 °C) sous l’action de bactéries ; le deuxième, par une fermentation moins soutenue, va transformer le compost frais en un compost mûr, riche en humus. Ce phénomène de maturation, qui se passe à température plus basse (35-45 °C), conduit à la biosynthèse de composés humiques par des champignons.

Fermentation

L’évolution de la température durant le processus de fermentation s’effectue en trois phases:

  • la température monte rapidement à 40-45°C suite à la respiration des micro-organismes mésophiles aérobies. Les composés les plus fermentescibles tels les sucres et l’amidon sont d’abord consommés.

Une phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en…) préliminaire à cette première phase est parfois décrite. Au cours de cette phase on note, après une courte latence, une légère augmentation de la température. Elle résulte de l’activité respiratoire endogène de cellules vivantes présentes dans la masse (La masse est une propriété fondamentale de la matière qui se manifeste à la fois par l’inertie des corps et leur…) à composter. Cette phase est donc très courte et ne s’observe qu’en laboratoire lorsque le mélange à composter contient une forte proportion de tissus frais.

  • la respiration élève alors progressivement la température jusqu’à 60-70 °C, conduisant au remplacement des micro-organismes mésophiles par des thermophiles et des thermo-tolérants.
  • par leur respiration, les micro-organismes vont épuiser l’oxygène de la masse en compostage et rendre le milieu anaérobie (On appelle milieu anaérobie un milieu où il n’y a pas présence de dioxygène (O2).). Des germes anaérobies se développent alors, conduisant à un abaissement de la température car leur métabolisme est moins thermogène. Ils sont de plus responsables de la libération de composés volatils nauséabonds (méthane, ammoniac, hydrogène sulfuré…).

Pour éviter cette putréfaction, il est nécessaire de restaurer les conditions aérobies du milieu (voir aération ci-dessous). Ainsi il sera possible de prolonger la fermentation à haute température. Les pathogènes, parasites et semences de mauvaises herbes seront détruits par la température élevée, les mauvaises odeurs seront évitées, la décomposition sera plus rapide. Dès que la température n’augmente plus après aération, on peut considérer que la fermentation est terminée

Maturation

À ce moment, la quantité de matière facilement utilisable par la microflore se raréfie et la biosynthèse de composés humiques devient prédominante. On assiste à la disparition des micro-organismes thermophiles au profit d’espèces plus communes et de nouvelles espèces mésophiles au fur et à mesure que la température décroît au cours d’une longue période de mûrissement pour se stabiliser au niveau de la température ambiante.

Il faut encore signaler que la transition entre chacune des phases citées précédemment résulte d’une évolution continue : il n’y a pas de frontière marquée entre les espèces mésophiles et thermophiles. Chaque espèce possède une gamme de températures vitales avec, au milieu, un optimum écologique.

schema-compostage