6 avr 10

Comme nous l’avons expliqué au début de ce chapitre, le compostage est réalisé par des micro-organismes. La vitesse et l’efficacité du compostage sont donc liées à la présence d’une population microbienne adéquate. Si la présence de ces milliards de bactéries et champignons est indispensable, leur ensemencement (’activateurs’ ou ’stimulateurs’ de compostage) semble peu, voire pas utile. Les spores de ces micro-organismes existent en effet en quantités suffisantes dans la nature et il est beaucoup plus important de veiller à créer un milieu (pH, humidité, aération, C/N, …) favorable à leur développement.

L’inoculation des composts par des micro-organismes fixateurs d’azote atmosphérique, tels que Azotobacter ne semble pas non plus intéressante pour le compostage, la dépense d’énergie de ces organismes pour fixer l’azote étant trop importante. Le seul intérêt de ce type d’inoculation pourrait provenir d’une éventuelle fixation d’azote, postérieure au compostage, pendant la culture des plantes sur les composts ainsi inoculés. Des expériences devraient être menées afin de démontrer la crédibilité‚ d’une telle hypothèse.

Aptitude au compostage (CNFP)

L’aptitude au compostage est un paramètre formé d’un code de quatre lettres, majuscules ou minuscules, il représente les quatre aspects fondamentaux à réunir pour réaliser un bon compost : ‘C’ ou ‘c’ pour carbone, ‘N’ ou ‘n’ pour azote, ‘F’ ou ‘f’ pour le degré de fermentescibilité (c.-à-d. l’aptitude à fermenter du produit), et ‘P’ ou ‘p’ pour la porosité totale. Une lettre minuscule indique un apport correct pour cet aspect, une lettre majuscule indiquant des propriétés améliorantes. L’absence d’une lettre (’—’) signifie un manque, à complémenter par un produit ayant des propriétés améliorantes pour le même facteur. La réalisation du compost se fera donc en combinant deux sous-produits (trois à la rigueur) ayant des propriétés complémentaires de telle manière que les quatre lettres du code soient présentes dans le mélange réalisé.

‘c’ ou ‘C’

‘c’ indique un produit possédant un rapport C/N correct (15 à 30). ‘C’ indique un produit à forte teneur en carbone, c’est-à-dire ayant un C/N supérieur à 75. Un tel produit devra être mélangé à un produit de type ‘N’ ou recevra un supplément d’azote sous forme d’engrais minéral (urée par exemple).

‘n’ ou ‘N’

Complémentaire du facteur précédant, ‘n’ indique un C/N correct ; ‘N’ indique un C/N faible (inférieur à 10) nécessitant un mélange avec un produit de type ‘C’ ; un matériau (Un matériau est une matière d’origine naturelle ou artificielle que l’homme façonne pour en faire des objets.) à C/N élevé sera de type ‘—’ pour ce facteur.

‘f’ ou ‘F’

Donne une indication sur la forme du carbone présent: ‘f’ représente un équilibre convenable entre les molécules à fermentation rapide (sucres) et les molécules à dégradation lente (lignines). Les molécules à dégradation rapide sont nécessaires au démarrage de la fermentation et à l’obtention d’une température élevée dans la masse de compost (’pasteurisation’ du compost). Un matériau riche en ces molécules sera de type ‘F’, un matériau pauvre de type ‘—’. Les molécules à dégradation lente quant à elles serviront de base à la biosynthèse des composés humiques.

‘p’ ou ‘P’

La porosité à l’air du matériau est importante pour son rôle sur l’aération du compost et sur la rétention en eau (la porosité à l’eau, exprimée en pourcent de la porosité totale, est le complément à 100 de la porosité à l’air). Elle est influencée principalement par la dimension des particules. Un matériau dont la porosité à l’air est élevée (’P', matériau de structuration) permettra par exemple de réaliser des tas de composts de volume plus important sans risquer un tassement qui empêcherait la circulation de l’air. Il pourra aussi servir de matériau de base à mélanger avec des matériaux (Un matériau est une matière d’origine naturelle ou artificielle que l’homme façonne pour en faire des objets.) sans structure (’—’: boues de stations d’épuration ou eaux de process industriel par exemple). ‘p’ représente un matériau présentant un bon équilibre entre la porosité à l’air et la porosité à l’eau.

Il faut remarquer que le compostage, en soi, ne nécessite pas un structurant d’origine organique. Des copeaux de caoutchouc (issus de vieux pneus) peuvent être utilisés, par exemple pour le compostage de boues de stations d’épuration.